Synopsis des Conférences

Caroline ALLEAUME« Rapport de genre au travail : quand le cancer s’en mêle »

Les inégalités de genre au travail ont largement été explorées en sociologie et le constat est international : les femmes pâtissent souvent du rapport de pouvoir qui s’exerce entre les genres sur le marché du travail. Mais qu’en est-il lorsque le facteur cancer s’ajoute à l’équation? Véritable enjeu de santé publique en France avec 385 000 nouveaux cas recensés en 2015, dont 174 000 concernent les femmes, le cancer a fait l’objet de trois Plans nationaux successifs. Les dépistages de plus en plus précoces associés aux progrès de la médecine permettent un recul de la mortalité associée, une diminution de l’âge au diagnostic et, par conséquent, une hausse de la prévalence chez les personnes en âge de travailler. Les sciences sociales s’intéressent alors de plus en plus à l’impact de la maladie sur la vie personnelle des individus concernés et, à fortiori, sur leur vie professionnelle. Plusieurs études françaises et internationales mettent en lumière l’impact négatif du cancer sur la vie professionnelle. En moyenne, ces études estiment que près d’un quart de la population en emploi au moment du diagnostic, n’est plus en emploi deux ans après. Des caractéristiques socioprofessionnelles jugées comme défavorables (telles que les catégories socioprofessionnelles dites d’exécution ou le contrat à durée déterminée), un âge avancé (plus de 50 ans) et un état de santé dégradé (cancers de mauvais pronostic ou encore présence de comorbidités) apparaissent comme des facteurs déterminants d’une sortie de l’emploi deux ans après le diagnostic. Le maintien en emploi et la réduction des inégalités associées deviennent une priorité du dernier Plan Cancer. Pourtant, très peu d’études s’intéressent à ce sujet au regard de la question de genre. Marino et al. (2013) montrent que les femmes reprennent le travail plus rapidement que les hommes à partir d’un certain âge et que le temps passé en arrêt maladie impacte le maintien en emploi des femmes seulement.

Dans ce contexte, cette présentation propose d’investiguer les facteurs de retour au travail et de maintien en emploi après un diagnostic de cancer au prisme de la notion d’intersectionnalité entre genre et cancer. Pour cela, le présent travail s’appuie sur l’exploitation statistique d’une enquête réalisée en France métropolitaine sur les conditions de vie cinq ans après un diagnostic de cancer (VICAN). En 2015, 4 174 personnes diagnostiquées d’un cancer en 2010 parmi les douze localisations les plus communes ont été interrogées à propos de différents aspects de leurs conditions de vie telle que l’accès aux soins, les traitements et leurs effets secondaires ainsi que l’impact de la maladie sur leur vie personnelle et professionnelle. Les premiers résultats montrent que, parmi les 2 132 individus en âge de travailler, le taux d’emploi est similaire entre les femmes et les hommes au moment du diagnostic. Cinq ans après, un écart apparaît : 77% des femmes sont en emploi contre seulement 70% des hommes (p.value < 0.001). Parmi ceux qui se sont maintenus en situation d’emploi, les femmes sont plus nombreuses à être passées à temps partiel. C’est donc sans surprise qu’on observe une plus grande prévalence de la diminution des revenus chez les femmes que chez les hommes, et elles sont également plus nombreuses à déclarer que cette diminution est le fait de la maladie. Pourquoi ces différences ? Quelles sont les facteurs qui impactent différemment la vie professionnelle des personnes diagnostiquées selon leur genre ? Des points de réflexion pourront être apportés de manière à proposer des éléments de réponses à ces questions.

 

Brigitte ESTEVE-BELLEBEAU – « Cancer et genre en philosophie »

Vivre avec un cancer et continuer à mener une existence la plus normale possible, c’est sans aucun doute une gageure, un pari non pas pascalien mais épicurien au sens commun du terme. Vivre et se sentir vivant à travers le regard de celle ou de celui qu’on aime, désirer son corps sans se sentir diminué, absent à soi, désirer être désiré ; tout ce que la vie du désir a d’appétit peut être remis en question par un cancer à commencer par ne plus se sentir soi-même le/la même.

Comment penser la question de l’identité du sujet genré à partir de l’altération du corps par le cancer ? Telle sera la question à laquelle nous tenterons de répondre dans cette communication.

Il convient en préambule de faire une remarque de prudence : tenter de penser la question de l’identité genrée du sujet à partir de l’altération du corps par le cancer [1] apparaît alors tout aussi difficile que de vouloir résoudre les paradoxes soulevés par le bateau de Thésée ! À cette difficulté s’ajoute celle de l’altération de soi en tant qu’être de désir : comment retrouver ce qui fait la féminité ou la masculinité à travers une épreuve de la maladie qui ampute parfois physiquement et tranche souvent, voire toujours, symboliquement la part du désir qui fait vie en chacun de nous. Dès lors s’il peut  paraître évident que la question de l’altération du corps a des conséquences sur l’identité du genre, il reste à en appréhender la nature et la portée.

[1] Un choix de vulgarisation est ici assumé pour ne parler que du cancer et non de telle ou telle de ses déclinaisons. En effet, chaque personne interpellée par une de ses formes en revient toujours à ce terme générique porteur de représentations que nous tenterons de mettre en lumière dans ce qu’elles ont d’efficace pour faire avancer la quête de soi.

 

Pascale GROSCLAUDE – « Que peut dire l’épidémiologie des différences sexuées dans le cas des pathologies cancéreuses »

L’épidémiologie a pour objectif de décrire les maladies dans la population et la façon dont ces maladies se manifestent, évoluent, ont un impact sur différentes catégories de la population. Elle le fait avec des outils statistiques simples que sont les indicateurs de santé les plus courants (incidence : probabilité d’avoir la maladie, mortalité : probabilité de mourir de la maladie et survie) qui de ce fait sont souvent réducteurs. C’est dans ce cadre à partir d’observation faites en France et dans différent pays d’Europe que nous allons tenter de décrire et d’expliquer les différences que l’on peut observer entre hommes et femmes en terme de risque d’avoir un cancer (et quel type de cancer), d’accès aux soins, de façon d’être pris en charge, de survivre aux différents cancers ou d’en mourir.

 

Hélène MARTIN – « Contraindre le corps au bien-être. Rapports sociaux de sexe, d’âge et de classe véhiculés par le discours médical sur la chirurgie d’amélioration des organes génitaux »

A partir de la fin du 20e siècle, une chirurgie se présentant comme améliorant des organes génitaux se développe dans les pays occidentaux. Le discours des médecins qui pratiquent cette chirurgie et des sites web qui ont font la promotion la présentent comme une technologie libératrice, au sens où elle favoriserait l’épanouissement sexuel. Les normes de genre, d’âge, de classe ainsi que de validisme qui orientent ce discours feront l’objet de la présentation.

 

Anita MEIDANI – « Quand le cancer rencontre le genre »

Cette communication revient sur le volet français et qualitatif d’une recherche européenne de méthodologie mixte portant sur les expériences genrées du cancer. À travers 120 entretiens auprès de malades, leurs proches et les professionnels impliqués dans leur prise en charge et 400 observations in situ réalisées dans cinq établissements de soins, il explore la manière dont le genre intervient dans les trajectoires de santé des personnes atteintes de cancer. L’analyse se déploie en trois temps. Dans une première partie, la reproduction des normes genrées à laquelle recourt une partie des patients est interrogée à partir d’un double paradoxe qui anime les trajectoires de la maladie cancéreuse : la « vulnérabilité » apparente des femmes se couple à une résistance sociale et relationnelle forte, là où l’endurance supposée des hommes laisse souvent place à des subjectivités affaiblies. Dans une seconde partie, les ajustements genrés que la maladie initie sont mis en perspective. Enfin, dans une troisième partie, l’ordre interactionnel est scruté à partir de ce double parcours de genre et de santé, qui oscille entre reproduction normative et ajustements genrés situés, afin de distinguer ce qui, en termes de masculinités et de féminités plurielles contribue à la mise en place des stratégies plus ou moins efficaces visant à tenir tête à la maladie.

 

Geneviève RAIL – « « Queerir » le cancer :Subjectivités, savoirs, soins du cancer et justice sociale »

Notre projet a pour but d’analyser les relations complexes entre la sexualité, les expériences liées au cancer, ainsi que le développement et la mobilisation de connaissances « culturellement » appropriées. Nous présentons les résultats de notre analyse d’entrevues réalisées au Canada auprès de personnes « queers », lesbiennes, bisexuelles, ou trans qui ont reçu un diagnostic et un traitement pour un cancer du sein ou gynécologique. Nos résultats sont à l’effet que les « champs » de connaissance liés à ces types de cancer sont infléchis par des discours dominants sur la biomédecine, le risque, le néolibéralisme et les rhétoriques stéréotypées de la « santé des femmes » et de la « santé des lesbiennes ». Au lieu d’histoires orientées vers la « guérison » du cancer, les récits de nos participant.e.s constituent plutôt des pratiques narratives qui permettent la « queerison » du cancer. De tels récits troublent les normes (médicales, de sexe, de genre, de sexualité, d’expériences du cancer) et témoignent de la subjectivité des participant.e.s. Ils laissent également transparaître la question cruciale des inégalités sociales de santé et, en particulier, les effets délétères de l’auto-effacement ou de la non considération de l’expression du genre ou de la sexualité, de l’hétéronormativité et de la cisnormativité des soins, de la sous-estimation de l’impact des traitements sur l’identité de genre, du déni de certains soins aux patients trans ou dont le genre est non conventionnel et enfin du manque de savoir ou de soutien culturellement compétent. Plusieurs participant.e.s ont également pris part à des ateliers de production de capsules vidéo en lien avec leurs expériences. Ces ateliers ont constitué des occasions collectives de créativité, d’échange et d’écriture de nouvelles connaissances dans les marges du cancer.

 

Muriel SALLE – « Histoire du cancer et santé des femmes. Perspectives historiographiques »

La présente conférence se propose d’interroger la santé des femmes comme objet d’histoire, et les apports que cela constitue, tant du point de vue des questions de santé que pour la discipline historique, en centrant le propos sur la question du cancer. La réflexion consistera alors à interroger l’objet « cancer » avec le regard de l’historienne : qu’a-t-on écrit sur la question (bilan historiographique) ? En quoi est-ce un objet historique différent (ou pas) et quelles perspectives sur la santé des femmes ? Quels sont les tenants et les aboutissants d’une réflexion sur cette pathologie particulière peut-elle ouvrir ?

 

Didier TORNY – « Un octobre si rose. Cultures d’action dans la sensibilisation au dépistage du cancer du sein »

Depuis 20 ans, les mouvements sociaux de lutte contre le cancer du sein, dans leur diversité, ont été l’objet de l’attention des sciences sociales, que ce soit par une littérature féministe, de sociologie des sciences, de sociologie politique ou de sociologie des émotions. Mais la très grande majorité de ces études s’appuient sur le terrain états-unien, caractérisé par un niveau de mobilisation militante très élevé et des objectifs d’accès à la mammographie et à sa prise en charge financière singuliers. Peut-on  alors appliquer les résultats de ces recherches à un contexte français fort différent ?

Cette communication présentera une première analyse des mobilisations françaises autour d’Octobre rose, importation du mouvement états-unien du Breast Cancer Awareness Month,  qui cadrent le problème public « cancer du sein » sous l’angle de la détection précoce et de son traitement associé. Elle discutera leur présentation publique et leurs critiques récentes, notamment sous l’angle d’une sociologie du genre. Elle se situe dans le cadre d’une recherche plus large sur la mise en débat de la politique publique de dépistage, financée par l’INCA (voir http://mammodebat.hypotheses.org).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *