Appel à Communications

 

Ces Assises Internationales & Interdisciplinaires soutenues par l’INCa, marquent l’émergence d’une thématique essentielle pour les études sur le Cancer, situées au croisement des inégalités sociales de la santé et des rapports sociaux de sexes.

Réalisées dans le cadre d’un travail interdisciplinaire réunissant sociologues, anthropologues, géographes, psychologues,  médecins, épidémiologistes, historiens, et philosophes, ces Assises ont pour objectif de développer et d’enrichir la réflexion autour des expériences du cancer. Elles s’adressent à la fois à des chercheurs en sciences humaines, sociales et médicales, à des acteurs associatifs, des professionnels et des institutionnels exerçant dans le champ de la cancérologie ainsi qu’aux malades eux-mêmes.

 

Quatre axes ont été retenus pour ces Assises :

  • 1erAxe – Cancer, genre, santé et société
  • 2eAxe – Genre et expériences cancéreuses
  • 3eAxe – Cancer, genre & inégalités : enjeux méthodologiques et pluridisciplinaires.

 

 

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers en France métropolitaine est estimé à 385 000 dont 211 000 chez l’homme (INCa, 2015), alors que le cancer demeure la première cause de mortalité avec 149 500 décès recensés annuellement, dont plus de 80 000 concernent les hommes. Malgré ces disparités sexuées, les études qui explorent la place du genre dans la construction sociale de la maladie se font rares en France.

En partant de ces constats, les présentes Assises Interdisciplinaires & Internationales se proposent d’interroger l’expérience de la maladie cancéreuse à partir de sa dimension genrée tout en questionnant la place que le genre occupe au sein des politiques de santé publique, des trajectoires de santé, des itinéraires de soins et des interactions soignant.es / soigné.es. Plus concrètement, il s’agit d’explorer la valeur heuristique d’une analyse genrée de l’expérience cancéreuse, en envisageant le genre, non pas comme une variable auxiliaire, mais centrale de la maladie et, plus généralement, du rapport que les individus entretiennent avec leur corps, leur santé et le système de soins.

Que peut-on dire des corrélations entre cancer, santé et genre ? Que nous disent-elles du processus de sexuation, de hiérarchisation et de division sexuée qui opèrent dans le champ de la santé en général, et des pathologies cancéreuses en particulier ? Quelle est la plus-value d’une approche en termes de genre, dès lors que le cancer émerge dans la trajectoire d’une vie ? Comment le genre, situé à l’intersection des appartenances socioculturelles et ethniques, des catégories de classe, d’âge, de territoire…, conditionne-t-il les inégalités sociales de santé  et, à la fois, se trouve conditionné par elles ?

Du spécifique au général, du cancer à la santé, du genre aux inégalités sociales, cette manifestation scientifique clôture une enquête européenne portant sur cette thématique – subventionnée par l’INCa et dirigée par Anastasia Meidani  – et incite chercheurs, professionnels, acteurs institutionnels et associatifs à contribuer à l’élaboration d’une réflexion interdisciplinaire, tout en donnant la parole aux malades.

Pour saisir les enjeux sociétaux qui sous-tendent cette réflexion, les propositions de communication s’inscriront dans l’un ou l’autre des axes thématiques suivants (noter que le 3e Axe, intitulé « Cancer, genre & inégalités : enjeux méthodologiques et pluridisciplinaires », étant transversal, il recoupe l’intégralité des axes présentés ci-dessous).

1er Axe / 3e Axe transversal – Cancer, genre, santé et société

Les manières dont une société définit le genre et la maladie, dicte les normes qui encadrent les « carrières » de genre et celles de malades ou encore ordonne les séquences de ces carrières, n’ont pas cessé d’évoluer ces dernières décennies, sous l’effet conjugué des remises en cause féministes et homosexuelles, des progrès médicaux et des réformes du système de santé. Il en découle une déstabilisation des comportements genrés associés à la maladie. Est-ce à dire que les carrières genrées s’en voient, sinon plus flexibles du moins plus hétéroclites, influençant de la sorte les carrières des malades ? Peut-on parler d’une dé-standardisation des carrières du genre et/ou de malades ? De l’autre côté, alors que les incitations à l’autonomisation se multiplient et le colloque singulier fait place au principe des décisions partagées, peut-on prétendre à la consolidation des capacités des patient.es à être acteurs / actrices de leur maladie ? Comment ces capacités se déclinent-elles en fonction du genre ? Ces interrogations en appellent à d’autres qui posent la distinction, institutionnelle et pratique, entre cure et care, empreignée aussi des questions de genre (Gilligan, 2008 ; Laugier, Paperman, Molinier, 2009 ; Tronto, 2009 ; Russel, Hoschild, 2012).

De toute évidence les expériences de la maladie chronique ne sont pas asexuées ; tout comme elles ne sont pas anhistoriques. Dès lors il s’agit, non seulement, de restituer l’épaisseur historique de la construction sociale de la maladie dans ses aspects genrés, mais aussi, de rendre compte des politiques publiques et des dispositifs des soins en examinant les aspects structurels des inégalités (sexuées et autres) qui opèrent au sein de la prise en charge des cancers en médecine spécialisée, hospitalière et générale. Y a-t-il des « spécificités genrées » qui guideraient les modalités de prise en charge ? Peut-on parler de discriminations (positives ou négatives) de certains patients selon le genre et/ou certains types de cancer ? Comment cette notion s’articule-t-elle à la construction sociale de la notion de « populations à risques » ?

Les assises feront aussi place aux messages de prévention et de dépistage qui semblent aussi fortement marqués par le genre (Meidani, 2005). On se demandera également : quelle est l’épaisseur politique de ces dispositifs des soins et quelle place occupe le genre dans leur élaboration ? Comment l’expertise, par exemple, participe-t-elle de l’élaboration des modalités d’institutionnalisation de la trajectoire des malades dans ses composantes genrées ? Quels sont ces discours « experts » et les pratiques professionnelles qui les sous-tendent ? Sur quels systèmes normatifs et quelles représentations sociales, notamment genrés, s’appuient-ils ? Qu’en est-il de l’appropriation médiatique de ces discours d’« expertise » ? Il s’agit ici d’envisager les espaces de soins – politiques, institutionnels, hospitaliers –  comme des scènes soumises aux rapports asymétriques entre hommes et femmes, ce que Godelier (1982) qualifie comme la « maison des hommes ».

 

2e Axe / 3e Axe transversal – Genre et expériences cancéreuses

La question du genre ne peut pas être réduite à une simple dualité, ce qui revient à dire que la définition de genre n’est ni homogène, ni inflexible (Butler, 2005 ; De Lauretis, 2007). De nombreuses recherches, pour l’essentiel anglophones, ont par exemple mis en avant les liens spécifiques des gays (Léobon, 2003 ; Girard, 2012), des lesbiennes ou des trans (Namaste, 2001 ; Alessandrin, 2012) au VIH et, plus généralement, à leur santé (Levy, 2011 ;  Beck, 2011). Mais là encore, l’impact de l’identité de genre n’a été que rarement étudié en lien avec le cancer, notamment dans le contexte français (Meidani, Alessandrin, 2017). Dans le même temps, les premières recherches internationales (Boehmer, 2011) soulignent les lacunes de la prévention à destination des LGBTI (Lesbiennes, Gays, Bi, Trans, Intersexe), ainsi que des variations de la prévalence de divers cancers dans ces populations, par comparaison avec les populations hétérosexuelles. A ce niveau de nombreuses questions restent en suspens.

Comprendre la manière dont les malades composent avec le risque cancer qui leur incombe, négocient les catégories de genre afférentes suite à l’avènement de la maladie et s’approprient l’identité du malade, revient à explorer les stratégies d’ajustement qu’ils.elles mobilisent pour « vivre avec » le cancer. De quelle manière le genre intervient-il dans ce processus : face aux risques d’exposition à la maladie cancéreuse, au long de la trajectoire de la maladie ou encore dans les interactions soignant.es / soigné.es (Meidani, 2017 ; Flora, 2014). Ici il s’agit d’explorer comment masculinités et féminités entrent en jeu dans la perception du risque face à la maladie cancéreuse soupçonnée ou diagnostiquée. Assurent-elles un rapport différentiel au risque et aux soins ? Sur ce point, les propositions de communication focalisées sur la perception de risques, tant du côté des professionnel.les que du côté de la patientèle, appréhendés tantôt comme « subis » tantôt comme « choisis », seront particulièrement appréciées, ainsi que les travaux portant sur les risques professionnels et les cancers qui en résultent. Il en est de même pour les cancers d’enfants qui questionnent la dynamique inégalitaire.

Ajoutons que le cancer est vécu par les malades tantôt comme une continuité tantôt comme une rupture (notamment dans le cadre de l’annonce du diagnostic de cancer). Comment ces perceptions se différencient d’un point de vue genré  ? Dans quelle mesure l’arrivée de la maladie constitue-t-elle un tournant dans le parcours d’une vie et comment hommes et femmes s’en saisissent-ils / elles? Quelles logiques de subjectivation genrée pouvons-nous faire ressortir de ces parcours de soins ? Comment ces logiques – préventives, curatives, palliatives – se retranscrivent-elles dans les pratiques individuelles et croisent-elles d’autres facteurs d’inégalité ?

Dans ce cadre, une attention particulière sera accordée aux désignations sociales de l’identité du malade, élaborées par les personnes atteintes de cancer elles-mêmes, les professionnel.les impliqué.es dans la prise en charge, leurs proches mais aussi les autres malades présent.es dans des collectifs associatifs. Cette activité d’élaboration du vécu résonne d’une tendance à la biographisation, ou si l’on préfère à la singularisation, de l’expérience de la maladie, déjà soulignée par les travaux sociologiques portant sur les parcours de vie.

 

3e Axe / 3e Axe transversal – Cancer, genre & inégalités : enjeux méthodologiques et pluridisciplinaires

A travers des terrains récents, nous souhaitons dans ce dernier axe, interroger les écueils méthodologiques rencontrés dans l’analyse du couple « genre » et « cancer », ainsi que les solutions envisagées par les chercheurs/ses pour les résoudre. Les notions de « pluridisciplinarité » et d’ « intersectionnalité » seront alors également mobilisées tant dans leurs dimensions pragmatiques que théoriques.

 

PROPOSER UNE COMMUNICATION

 

Soumission :

Pour ce colloque, des propositions de communication et de poster sont attendues. Elles devront impérativement être envoyées avant le  20 Septembre 2017 (inclus) aux adresses mail suivantes : ameidani@univ-tlse2.fr & arnaud.alessandrin@gmail.com  

  • Pour les propositions de communication : maximum une page, avec titre, noms du ou des communicant.e.s, affiliation universitaire. Elles seront accompagnées (en annexes) d’une biographie des 10 lignes et d’une bibliographie indicative. Les noms des dossiers (sous format .doc) doivent apparaître ainsi : nom.prénom.axeN°X
  • Pour les propositions de poster : maximum 10 lignes abordant le sujet du poster, nom du / des exposant.e.s, affiliations universitaires. Elles seront accompagnées (en annexes) des, courtes biographie et bibliographie. Les noms des dossiers (sous format .doc) doivent apparaître ainsi : nom.prénom.axeN°X.poster

 

Calendrier :

Appel à communication : jusqu’au 20 Septembre 2017

Notification aux auteurs : le 30 Septembre 2017

 

Inscription :

L’inscription au colloque s’effectuera à partir du 15  Octobre 2017. Pour vous inscrire, merci d’envoyer vos noms, prénoms et statut aux adresses suivantes : ameidani@univ-tlse2.fr & arnaud.alessandrin@gmail.com

 

 

Webmaster : caroline.s.tison@gmail.com

 

 

A. MEIDANI : Responsable Scientifique des Assises

UTM_ LISST-CERS (UMR 5193 du CNRS) & INSERM UMR 1027

Pour le Comité d’Organisation

 

Hébergements

 

Best Western Hôtel Athénée ****

Contact
13 bis, rue Matabiau
31000 Toulouse
+33 5 61 63 10 63
+33 5 34 66 94 59
bonjour@hotel-toulouse-athenee.com
www.hotel-toulouse-athenee.com

 

Grand Hôtel Raymond IV ***

Contact
16 Rue Raymond IV
31000 Toulouse
+33 05 61 62 89 41
+33 05 61 62 38 01
contact@grandhotel-raymond4.com
www.grandhotel-raymond4.com/

 

Hôtel Occitania Toulouse Matabiau ***

Contact
7 Boulevard Bonrepos
31000 Toulouse
+33 5 61 63 81 63
+33 5 61 63 02 06
contact1@occitaniahotels.com
www.occitania-toulouse-matabiau.com

 

Hôtel Ours Blanc Place Victor Hugo **

Contact
25 Place Victor Hugo
31000 Toulouse
+33 5 61 23 14 55
+33 5 61 21 92 01
victorhugo@hotel-oursblanc.com
http://www.hotel-oursblanc.com

CV des Conférenciers & des Communicants

Conférencier.es :

Caroline ALLEAUME

CV Caroline ALLEAUME

Diplômée d’un Master 2 de Mathématiques appliquées aux sciences sociales à Aix-Marseille Université, je porte un intérêt particulier à la recherche en sciences sociales, notamment sur les inégalités. A l’issue de mon parcours universitaire j’ai intégré l’UMR 912 « Sciences Economiques et Sociales de la Santé et Traitement de l’Information Médicale (SESSTIM) » en tant qu’ingénieure d’étude dans le cadre d’un projet d’enquête sur les freins au dépistage du cancer du col utérin à la Réunion. En décembre 2015 j’ai obtenu l’allocation d’un financement de thèse par La Ligue nationale contre le cancer sur le sujet du retour au travail et du maintien en emploi après un diagnostic de cancer. Je réalise actuellement ce doctorat en Santé publique sous la direction du sociologue Patrick Peretti-Watel et de la biostatisticienne Anne-Déborah Bouhnik. Ce travail de thèse porte d’une part sur l’exploitation statistique d’une enquête quantitative réalisée en France métropolitaine sur les conditions de vie après un diagnostic de cancer (VICAN) et, d’autre part, sur la réalisation d’une enquête qualitative par entretiens approfondis réalisés auprès de patients en fin de traitement pour un cancer et réinterrogés six mois après.

 

Philippe BATAILLE

CV de Philippe Bataille

 

Pascale GROSCLAUDE

Pascale Grosclaude est médecin de santé publique spécialiste en épidémiologie des cancers. Elle dirige le registre des cancers du Tarn et a présidé le Réseau français des registres de cancer (réseau FRANCIM). Elle est membre de l’unité mixte de recherche 1027 « Épidémiologie et analyses en santé publique : risques, maladies chroniques et handicaps » et travaille dans l’équipe « Cancer et maladies chroniques : inégalités sociales de santé, accès primaire et secondaire aux soins ». Elle est aussi Membre de la Commission spécialisée Maladies chroniques du Haut conseil de la santé publique  et secrétaire du Groupe pour le développement de l’enregistrement des cancers dans les pays de langue latine, et participe aux travaux des groupes collaboratifs internationaux d’épidémiologie du cancer : Concord, Eurocare, Euroship, Eco.

 

Hélène MARTIN

Hélène Martin est docteure en anthropologie, professeure ordinaire à la Haute école de travail social et de la santé (HES·SO), à Lausanne. Ses enseignements portent sur les approches en études genre aux niveaux bachelor, master et doctoral. Elle mène des recherches dans les domaines de la sexualité et de l’imbrication des rapports sociaux. Parmi ses responsabilités académiques actuelles, elle est co-responsable du réseau de compétences Genre et travail social (GeTS) et membre de la Commission scientifique du domaine Travail social.

Dernières publications:

Hélène Martin et Patricia Roux. 2017. Imbrication des rapports de pouvoir et épistémologie féministe matérialiste. In: Castaing, Anne et Élodie Gaden, Écrire et penser le genre en contexte postcolonial (p. 259-280). Bruxelles: P.I.E. Peter Lang

Martin, Hélène, Bendjama, Rebecca, & Bessette-Viens, Raphaëlle. 2017. Performer son sexe. La chirurgie d’amélioration des organes génitaux du début du 21e siècle selon les sites web qui la promeuvent en Suisse romande. GLAD! [En ligne], 02 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 06 juin 2017. URL : http://www.revue-glad.org/435

 

Anita MEIDANI

CV A MEIDANI

 

Patrick PERETTI-WATEL

CV P PERETTI-WATEL

 

Geneviève RAIL 

CV Rail Oct 2017

Geneviève Rail a complété son doctorat à l’Université d’Illinois à Urbana-Champaign et est aujourd’hui professeure titulaire en Études culturelles féministes de la santé à l’Institut Simone-De Beauvoir de l’Université Concordia (Montréal, Canada). Sociologue et kinésiologue de formation, elle est connue pour ses recherches sur les expériences des femmes en lien avec les institutions centrées sur le corps (par exemple, l’industrie pharmaceutique, les systèmes et l’industrie de la santé, les médias, le sport). Auteure d’une centaine d’articles et de chapitres de livre, elle favorise des approches poststructuralistes, décoloniales et « queer » pour étudier les femmes provenant de divers contextes socioéconomiques, ethniques, raciaux et sexuels. Elle s’intéresse à l’articulation des identifications de ces femmes avec leurs constructions discursives et leurs expériences corporelles de la santé. Elle complète présentement quatre projets subventionnés par les Instituts de recherche en santé du Canada et centrés sur les discours et les questions qui entourent l’obésité, la vaccination contre les VPH, ainsi que les soins de santé pour les personnes lesbiennes, bisexuelles, « queer » ou trans vivant avec un cancer du sein ou gynécologique.

Geneviève Rail, Ph.D.

Professor in Feminist Cultural Studies of Health /

Professeure en études culturelles féministes de la santé

Simone de Beauvoir Institute / Institut Simone-De Beauvoir

Concordia University / Université Concordia

E:    Gen.Rail@Concordia.ca

W:   http://www.concordia.ca/faculty/genevieve-rail.html

 

Paul SARGOS

CV Paul Sargos

 

Communicant.es :

Louis BRAVERMAN

Louis Braverman est docteur en sociologie. Il a soutenu sa thèse intitulée « La fabrique du sujet vulnérable : étude sur l’expérience du cancer de la prostate » le 19 juin dernier à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Menée sous la direction de Philippe Bataille au sein du Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologique, ce travail de recherche propose de rendre compte de l’expérience du cancer de la prostate à partir d’une sociologie attentive aux processus d’assujettissement et d’émancipation. Sa thèse a bénéficié d’un financement de l’Institut National du Cancer (INCa). Plusieurs articles ont déjà été publiés à partir de sa recherche doctorale, notamment dans les revues Recherches sociologiques et anthropologiques et Enfances, Familles, Générations.

 

Abdoul Karime DOUMBIA

Abdoul Karim Doumbia est professeur adjoint d’’anthropologie à l’’Institut Supérieur de Formation et de recherche appliquée (ISFRA) à Bamako, au Mali. Il prépare actuellement une thèse de doctorat en anthropologie sous cotutelle avec l’ISFRA (Mali) et Aix -Marseille Université (France). Ses recherches doctorales portent sur l’aide française au Mali dans le  secteur de la santé, du développement, de la gouvernance et du genre.

En 2015, il a été colauréat du  Challenge  2015  Jeunes  Chercheurs  en  anthropologie  de  la  santé (Colloque de l’AMADES, Dakar).

 

Cinzia GRECO

CVgreco_F2017

Cinzia Greco a obtenu en 2016 un doctorat en Santé et Sciences Sociale à l’EHESS et au laboratoire CERMES3. Durant sa recherche elle s’est intéressée aux enjeux autour des pratiques chirurgicales dans le traitement du cancer du sein en France et en Italie. Cette recherche a donné lieu à plusieurs articles dans des revues nationales et internationales, ainsi qu’à une monographie en cours de rédaction. Greco est actuellement Newton International Fellow au Centre for the History of Science, Technology and Medicine (CHSTM) à l’Université de Manchester, où elle travaille sur l’histoire récente du cancer du sein métastatique. Elle s’intéresse notamment à comment les évolutions thérapeutiques ont changé l’expérience des professionnels de santé et des patientes.

 

Adeline MONET

Infirmière Diplômée d’Etat depuis 2013, la santé, que ce soit à l’échelle des populations ou auprès des patients, a toujours accompagné mon parcours professionnel. J’ai poursuivi mes études universitaires par le Master Santé Publique – Spécialité « Santé publique, Société et Développement » proposé par l’Université d’Aix-Marseille. Diplômée en 2015, je travaille depuis 2 ans maintenant au sein du laboratoire des Sciences Economiques & Sociales de la Santé & Traitement de l’Information Médicale (SESSTIM) de Marseille dans l’équipe « Cancers, Biomédecine et Société » que j’ai intégrée en tant qu’ingénieure d’études en charge du suivi qualité de l’enquête nationale VICAN 5. Puis en Décembre 2016, j’ai débuté une thèse de Santé Publique avec le soutien de la Ligue Nationale Contre le Cancer, codirigée par Julien MANCINI (santé publique) et Patrick PERETTI-WATEL (sociologie). Mon travail de thèse porte sur les pratiques de prévention chez les personnes diagnostiquées d’un cancer il y a cinq ans.

 

Caroline TISON

Caroline Tison est doctorante à l’université Toulouse II – Jean Jaurès. Ses thématiques de recherche portent sur la sociologie de la santé et du genre et plus spécifiquement sur les questions de santé reproductive et de cancers revisitées au prisme du genre. Sa thèse (en cours) s’attache à analyser l’impact de la survenue d’un cancer sur le projet parental des patient.es. Sous la direction d’Anastasia MEIDANI et Chantal ZAOUCHE GAUDRON, elle bénéficie d’un financement INCa-EHESS. Elle est rattachée au laboratoire LISST-Cers de l’université Toulouse II – Jean Jaurès. Titulaire d’un master recherche en sociologie, elle a notamment participé à une enquête européenne financée par l’INCa et dirigée par A. MEIDANI étudiant les expériences genrées de la maladie cancéreuse.

Synopsis des Communications

Louis BRAVERMAN – « Âge, genre et sexualité dans la prise en charge du cancer de la prostate »

Fort du développement des études sur les masculinités dans les années 1990, plusieurs sociologues anglo-saxons ont pris le cancer de la prostate comme objet d’étude. Interrogeant notamment l’expérience du cancer de la prostate dans des groupes de patients (Arrington, 2000; Broom, 2005; Cecil, McCaughan, Parahoo, 2010), la communication médecin-patient (Arrington, 2004; Oliffe, 2007) et, de manière plus privilégiée, les conséquences des traitements sur l’identité masculine (Chapple & Ziebland, 2002; Gray et al., 2002; Broom, 2004; Wall & Kristjanson, 2005; Arrington, 2008 ; Oliffe, 2011), ces travaux engagent une réflexion féconde sur les masculinités dans le domaine de la santé et les recompositions du genre dans l’épreuve de la maladie. Mises à part quelques exceptions, la littérature analysant l’expérience du cancer de la prostate au prisme du genre laisse toutefois largement dans l’ombre la question de la prise en charge de cette maladie. Les auteurs qui chaussent les lunettes du genre pour interroger le dépistage, la révélation du diagnostic, les parcours de soin ou encore les soins de support sont rares, fait d’autant plus paradoxale que l’expérience du cancer est particulièrement biomédicalisée.

Ma communication à précisément pour objectif d’examiner les modes de subjectivation des hommes atteints d’un cancer de la prostate dans leur confrontation au monde médical. Parce que le cancer de la prostate est une maladie de l’homme vieillissant, l’accent sera plus particulièrement mis sur la manière dont les catégories d’âge et de genre se croisent et se construisent dans la prise en charge médicale. Ainsi, je défendrai l’hypothèse selon laquelle les normes de genre et d’âge structurent les parcours thérapeutiques et concourent à définir l’expérience des soins.

 

Pour ce faire, ma communication s’appuiera sur une recherche doctorale réalisée entre 2013 et 2016. Plus précisément, l’articulation d’observations ethnographiques réalisées pendant une durée de cinq mois au sein de quatre hôpitaux publics avec un corpus de 70 entretiens semi-directifs conduits auprès d’hommes atteints d’un cancer de la prostate, de proches et de professionnel·le·s de santé permettra d’étayer l’argumentation.

 

Trois dimensions du parcours de soins seront successivement étudiées. Dans un premier temps, il s’agira de questionner l’incorporation du risque à travers l’étude de la prévention et du dépistage du cancer de la prostate. Les résistances masculines au toucher rectal et l’expérience du dosage de PSA (Prostate Specific Antigen) seront alors étudiées. Dans un deuxième temps, la place du genre et de l’âge dans l’annonce du diagnostic fera l’objet d’une analyse. Enfin, dans un troisième et dernier temps, la thématique de la médicalisation de la sexualité dans la prise en charge du cancer de la prostate sera abordée.

 

Abdoul Karim DOUMBIA« Les acteurs non étatiques et la question du genre dans la gouvernance locale de la santé au Mali. Le cas de l’Association Malienne de Lutte contre les Maladies cancéreuses à Bamako (ALMAC). »

Les années 1990 ont marqué un tournant dans la gestion des affaires publiques dans les pays d’Afrique subsaharienne avec le développement d’un partenariat associant l’État et les acteurs non étatiques dans la définition et la mise en œuvre des politiques publiques. Au Mali, ce nouveau mode de gestion des affaires publiques, appelé « bonne gouvernance », a bénéficié d’un contexte favorable à son adoption et à son application, notamment dans le domaine de la santé, qui a fait l’objet d’une double réforme sectorielle et administrative.

Plus d’une décennie après son adoption, l’on constate que les informations actuellement disponibles ne permettent pas de rendre compte de l’effectivité  et des modalités de participation des acteurs non étatiques à la gouvernance de la santé au niveau local.

En proposant de revisiter ce modèle de gestion publique à la lumière des défis socio -sanitaires liés à l’accroissement des maladies non transmissibles au Mali, cette étude vise à évaluer l’espace d’expression démocratique de la santé à partir d’une analyse socio-anthropologique du rôle et des modalités d’implication de l’Association malienne de lutte contre les maladies cancéreuses  (ALMAC) dans la mise en œuvre de la politique nationale de lutte contre le cancer à Bamako.

De l’analyse des données recueillies, il ressort que si l’inclusion des acteurs non étatiques dans la gouvernance urbaine de la santé représente une avancée démocratique en même temps qu’une opportunité  de développement, l’implication effective  et efficiente d’une association de base comme l’ALMAC reste limitée voire empêchée par deux obstacles majeurs : la faible capacité de médiation pour les femmes atteintes de cancer et la non-participation des hommes aux missions de l’association.  Toutes choses qui constituent des défis à relever, non seulement pour l’association elle-même, mais aussi pour l’État et ses partenaires de développement.

 

Cinzia GRECO – « La (dé)construction des corps genrés au prisme du cancer du sein »

Le cancer du sein est, parmi les cancers féminins, le plus répandu et il est une des causes majeures de mortalité féminine. Cette maladie a un rôle important dans l’imaginaire social, car il est considéré comme le cancer féminin par antonomase (Bell 2014, mais cf. également King 2006 pour les aspects financiers et Klawiter 2008 pour une analyse des biopolitiques de cette maladie). Le fait que cette pathologie touche le sein, partie du corps considérée comme un symbole de féminité (Young 2005) et un trait physique qui différencie le corps féminin de celui masculin joue sûrement un rôle important dans la construction sociale de la maladie. À partir des années 80 des essais randomisés ont montré qu’une chirurgie conservatrice du sein suivie d’une radiothérapie peut garantir les mêmes chances de survie qu’une mastectomie, c’est-à-dire une ablation totale du sein. Pourtant, pour environ 30 % des femmes touchées par un cancer du sein, une mastectomie, est nécessaire. Les femmes qui ont subi une mastectomie peuvent, ensuite, effectuer une opération de chirurgie reconstructrice.

Comment les thérapies chirurgicales pour le cancer du sein interagissent-elles avec les identités de genre ? Comment les changements physiques provoqués par la maladie peuvent-ils re/définir ces identités, et comment ces processus de re/définition peuvent-ils varier selon la perspective des patientes et du personnel soignant ? En outre, comment les inégalités sociales et de classe peuvent-elles influencer ce moment du parcours de soin ? Et quelles sont les raisons pour lesquelles d’autres femmes décident de vivre dans un corps asymétrique ou sans seins ?

Dans cette présentation, je vise à explorer ces questions en me basant sur une double enquête de terrain réalisée à la fois en France et en Italie, durant laquelle j’ai réalisé plus de cent entretiens avec des patientes et des membres du personnel soignant et plusieurs épisodes d’observation participante. Les différentes pratiques chirurgicales pour le cancer du sein mettent en lumière les dimensions multiples du corps – matérielle, sociale et techno-chirurgicale – et comment ces dimensions croisent la dimension de genre. Les patientes ont différentes expériences de maladie et différentes visions des opérations chirurgicales (Greco 2016a). À la variété des changements introduits par le cancer, les femmes répondent avec une pluralité de solutions et divers processus de négociation avec les changements de leur corps et de leur vie. Les expériences des femmes nous montrent qu’il existe une pluralité de reconstructions, dont seule une partie est assurée par les opérations chirurgicales (Greco 2016b). À travers la reconstruction, elles essaient d’obtenir un corps dans lequel se sentir à l’aise et qui leur permette de retrouver une vie le plus proche possible de celle pré-diagnostic. Les expériences et les actions des femmes montrent que la multiplicité des corps possibles se configure comme un assemblage (Deleuze et Guattari 1980) des différents objectifs et pratiques. Cet assemblage souligne le caractère instable et contingent des corps, notamment des corps genrés.

 

Adeline MONET« Prévention du risque de second cancer : quels comportements individuels relatifs à l’alimentation et à l’activité physique chez les hommes et les femmes en France ? »

En France, dans la population âgée de 15 ans et plus, on estime que 3 millions de personnes ont eu un cancer (6,4 % des hommes et 5,3 % des femmes) (Colonna et al.2014). Face à un nombre de plus en plus conséquent de personnes ayant connu un diagnostic de cancer au cours de la vie, il s’avère intéressant de saisir les spécificités genrées relatives à l’appropriation et à la lutte face à un risque de second cancer, lui-même dépendant de la question du genre (l’excès de risque de second cancer étant majoré chez les hommes) (Jégu et al.2015). Hommes et femmes vivent l’expérience du cancer selon leur propre individualité mais également selon le genre auquel ils appartiennent. L’étude des comportements individuels de prévention face au risque de second cancer n’est pas pertinente si elle est dissociée de la question du genre.

Des analyses ont été conduites à partir des données de l’enquête nationale VICAN 5. L’échantillon comprend 4174 personnes âgées de 25 à 87 ans, diagnostiquées d’un cancer en 2010 (parmi 12 localisations cancéreuses les plus prévalentes) et interrogées notamment sur leurs comportements de prévention cinq ans après le diagnostic.

Après un diagnostic de cancer, les femmes sont significativement plus nombreuses que les hommes à déclarer un changement d’alimentation (45,4 % versus 34,0 % ; p < 0,0001). Elles semblent également plus sujettes aux variations de poids et notamment, à la prise de poids (18,6 % versus 8,9 % ; p < 0,001). Les femmes sont également plus nombreuses que les hommes à déclarer une augmentation de leur activité physique depuis le diagnostic du cancer (24,8 % versus 9,8 % ; p < 0,001). Globalement, ces différences persistent après ajustement sur les localisations cancéreuses à l’exception du changement d’alimentation pour lequel les hommes atteints d’un cancer de la prostate se distinguent des autres personnes. Ces changements pouvant être subis par l’individu du fait de la maladie (par exemple, un changement du type d’alimentation consécutif à un cancer des voies aérodigestives supérieures, une prise de poids due à un traitement par hormonothérapie …) ou voulue, les analyses tiendront compte de ces facteurs. L’image du corps est-elle perçue différemment que l’on soit une femme ou un homme ? Quels aliments sont privilégiés ou, au contraire, mis de côté en fonction de chacun ? Quelles autres différences de comportements existent entre hommes et femmes ? Quels autres facteurs entrent en jeu pour chacun (relation avec les professionnels de santé, recours aux médecines alternatives et complémentaires, recours aux proches et à la famille …) ? Certaines observations réalisées grâce à l’enquête VICAN 5 pourront apporter les prémices d’une réponse. Prendre en compte l’ensemble des spécificités genrées pourrait permettre de mieux adapter les messages de prévention promouvant une modification des comportements individuels. Tant de questions relatives à l’après-cancer et à la préservation de la santé sont à explorer du point de vue des femmes … et des hommes.

 

 

Isabelle SENTIS« Les expériences en santé communautaire précieuses pour co-construire et partager des savoirs expérientiels et situés tant auprès des lesbiennes, bies, FSF, trans*, hétérosexuelles qu’auprès des soignant.e.s ? »

De 2008 à 2017, des projets en santé communautaire concernant la santé de nos poitrines et torses ainsi que de nos vulves et vagins ont été mis en place dans plusieurs villes de France et en Suisse francophone. Ces projets avaient pour objectifs de diffuser des messages d’information notamment sur les dépistages des cancers dits féminins auprès des lesbiennes, bies, FSF et trans. De plus, ces projets articulaient à la fois la co-construction de savoirs, la visibilité de la lutte contre la lesbo/bie/transphobie. Autres objectifs : créer des solidarités entre les groupes et les personnes, mais aussi soutenir et développer l’empowerment des participant.e.s, permettre aux paroles des personnes vivant ou ayant vécu des cancers d’être entendues dans les centres LGBT ainsi que les espaces lesbiens. Il s’agit également de sensibiliser les professionnel.le.s de santé à  des accompagnements inclusifs des personnes LBT* et de créer un réseau entre soignant.e.s, personnes concernées et militant.e.s.

Ces expériences de programmation d’ateliers, d’expositions, de spectacles dans des lieux tant LGBT*, féministes, grand public mais également de soins ont permis de visibiliser d’autres orientations sexuelles et identités de genre que celles hétérosexuelles et cisgenres. Cela a permis d’enclencher des réflexions sur les appréhensions des personnes LBT* sur les accueils lors des dépistages par exemple, sur la réappropriation de nos corps après les soins … cela a permis aux gays et aux familles de personnes LGBTQI* d’évoquer leurs vécus familiaux face au cancer du sein et de libérer une parole concernant d’autres cancers vécus ou appréhendés.

Lors de cette intervention, nous questionnerons les difficultés à partager ces expériences en santé communautaire et à diffuser les savoirs expérientiels et situés des personnes lesbiennes, bies et trans auprès d’autres publics et partenaires que ceux mobilisés.

Nous aborderons également les apports à mobiliser les centres LGBT, associations lesbiennes et féministes comme lieux de ressources et comme partenaires dans les réseaux de soins en cancérologie. Et les freins à lever pour y parvenir.

De plus, les accompagnements liés à la santé globale des migrant.e.s et réfugié.e.s LGBTQI* nous conduisent à imaginer des réseaux tant internationaux que locaux de coopération et à repenser certains projets de santé communautaire afin d’y inclure ces personnes.

Enfin, nous ouvrirons sur la nécessité d’avoir des archives LGBTQI* et des fonds d’archives LGBTQI* accessibles afin de connaitre et de partager l’histoire de ces projets de santé communautaire et de conserver les traces des savoirs expérientiels et situés des personnes LGBTQI* et de leurs soignant.e.s.

 

Caroline TISON« De l’intérêt d’étudier les questions de santé reproductive au prisme du genre dans le cas de la maladie cancéreuse »

Dans les cas de maladies cancéreuses, le risque d’infertilité est fortement corrélé aux traitements anti-tumoraux. Pour pallier à ce risque, il existe plusieurs méthodes de conservation de la fertilité telles que la cryoconservation de gamètes ou encore la conservation du tissu ovarien ou testiculaire. Cependant, nous savons grâce à l’enquête VICAN2 qu’il y a un faible recours à ces méthodes (15,8 % des hommes VS 2,2 % des femmes) en plus d’une rare proposition de la conservation de la fertilité de la part des médecins.

Cette communication s’attachera à démontrer que la survenue d’un cancer impacte fortement le projet parental. En s’appuyant principalement sur l’enquête VICAN2 mais aussi sur d’autres lectures nous montrerons notamment que cet impact se décline de manière genrée. Nous nous emploieront par conséquent à démontrer l’intérêt d’analyser les questions de santé au prisme du genre en explorant l’exemple de la pathologie cancéreuse couplée à la santé reproductive. Nous verrons notamment grâce à l’enquête VICAN2 que les hommes ont plus recours que les femmes à la préservation de leur fertilité alors que les femmes décrivent un impact négatif de la maladie sur le projet parental. Nous pouvons penser à juste titre que les modifications dues à la maladie et aux traitements afférents sur les rapports au corps, la santé reproductive ne dépendent pas uniquement du genre mais le dépasse pour s’étendre de manière intersectionnelle à l’âge mais aussi à l’identité ethnique.

Quel impact a l’expérience de la maladie cancéreuse sur le projet parental ? Quelles stratégies peuvent être mises en place pour y faire face ? Comment le risque d’infertilité est-il vécu selon le genre ? Autant de questions à investiguer au prisme des questions de santé et des problématiques de genre.

 

Synopsis des Conférences

Caroline ALLEAUME« Rapport de genre au travail : quand le cancer s’en mêle »

Les inégalités de genre au travail ont largement été explorées en sociologie et le constat est international : les femmes pâtissent souvent du rapport de pouvoir qui s’exerce entre les genres sur le marché du travail. Mais qu’en est-il lorsque le facteur cancer s’ajoute à l’équation? Véritable enjeu de santé publique en France avec 385 000 nouveaux cas recensés en 2015, dont 174 000 concernent les femmes, le cancer a fait l’objet de trois Plans nationaux successifs. Les dépistages de plus en plus précoces associés aux progrès de la médecine permettent un recul de la mortalité associée, une diminution de l’âge au diagnostic et, par conséquent, une hausse de la prévalence chez les personnes en âge de travailler. Les sciences sociales s’intéressent alors de plus en plus à l’impact de la maladie sur la vie personnelle des individus concernés et, à fortiori, sur leur vie professionnelle. Plusieurs études françaises et internationales mettent en lumière l’impact négatif du cancer sur la vie professionnelle. En moyenne, ces études estiment que près d’un quart de la population en emploi au moment du diagnostic, n’est plus en emploi deux ans après. Des caractéristiques socioprofessionnelles jugées comme défavorables (telles que les catégories socioprofessionnelles dites d’exécution ou le contrat à durée déterminée), un âge avancé (plus de 50 ans) et un état de santé dégradé (cancers de mauvais pronostic ou encore présence de comorbidités) apparaissent comme des facteurs déterminants d’une sortie de l’emploi deux ans après le diagnostic. Le maintien en emploi et la réduction des inégalités associées deviennent une priorité du dernier Plan Cancer. Pourtant, très peu d’études s’intéressent à ce sujet au regard de la question de genre. Marino et al. (2013) montrent que les femmes reprennent le travail plus rapidement que les hommes à partir d’un certain âge et que le temps passé en arrêt maladie impacte le maintien en emploi des femmes seulement.

Dans ce contexte, cette présentation propose d’investiguer les facteurs de retour au travail et de maintien en emploi après un diagnostic de cancer au prisme de la notion d’intersectionnalité entre genre et cancer. Pour cela, le présent travail s’appuie sur l’exploitation statistique d’une enquête réalisée en France métropolitaine sur les conditions de vie cinq ans après un diagnostic de cancer (VICAN). En 2015, 4 174 personnes diagnostiquées d’un cancer en 2010 parmi les douze localisations les plus communes ont été interrogées à propos de différents aspects de leurs conditions de vie telle que l’accès aux soins, les traitements et leurs effets secondaires ainsi que l’impact de la maladie sur leur vie personnelle et professionnelle. Les premiers résultats montrent que, parmi les 2 132 individus en âge de travailler, le taux d’emploi est similaire entre les femmes et les hommes au moment du diagnostic. Cinq ans après, un écart apparaît : 77% des femmes sont en emploi contre seulement 70% des hommes (p.value < 0.001). Parmi ceux qui se sont maintenus en situation d’emploi, les femmes sont plus nombreuses à être passées à temps partiel. C’est donc sans surprise qu’on observe une plus grande prévalence de la diminution des revenus chez les femmes que chez les hommes, et elles sont également plus nombreuses à déclarer que cette diminution est le fait de la maladie. Pourquoi ces différences ? Quelles sont les facteurs qui impactent différemment la vie professionnelle des personnes diagnostiquées selon leur genre ? Des points de réflexion pourront être apportés de manière à proposer des éléments de réponses à ces questions.

 

Brigitte ESTEVE-BELLEBEAU – « Cancer et genre en philosophie »

Vivre avec un cancer et continuer à mener une existence la plus normale possible, c’est sans aucun doute une gageure, un pari non pas pascalien mais épicurien au sens commun du terme. Vivre et se sentir vivant à travers le regard de celle ou de celui qu’on aime, désirer son corps sans se sentir diminué, absent à soi, désirer être désiré ; tout ce que la vie du désir a d’appétit peut être remis en question par un cancer à commencer par ne plus se sentir soi-même le/la même.

Comment penser la question de l’identité du sujet genré à partir de l’altération du corps par le cancer ? Telle sera la question à laquelle nous tenterons de répondre dans cette communication.

Il convient en préambule de faire une remarque de prudence : tenter de penser la question de l’identité genrée du sujet à partir de l’altération du corps par le cancer [1] apparaît alors tout aussi difficile que de vouloir résoudre les paradoxes soulevés par le bateau de Thésée ! À cette difficulté s’ajoute celle de l’altération de soi en tant qu’être de désir : comment retrouver ce qui fait la féminité ou la masculinité à travers une épreuve de la maladie qui ampute parfois physiquement et tranche souvent, voire toujours, symboliquement la part du désir qui fait vie en chacun de nous. Dès lors s’il peut  paraître évident que la question de l’altération du corps a des conséquences sur l’identité du genre, il reste à en appréhender la nature et la portée.

[1] Un choix de vulgarisation est ici assumé pour ne parler que du cancer et non de telle ou telle de ses déclinaisons. En effet, chaque personne interpellée par une de ses formes en revient toujours à ce terme générique porteur de représentations que nous tenterons de mettre en lumière dans ce qu’elles ont d’efficace pour faire avancer la quête de soi.

 

Pascale GROSCLAUDE – « Que peut dire l’épidémiologie des différences sexuées dans le cas des pathologies cancéreuses »

L’épidémiologie a pour objectif de décrire les maladies dans la population et la façon dont ces maladies se manifestent, évoluent, ont un impact sur différentes catégories de la population. Elle le fait avec des outils statistiques simples que sont les indicateurs de santé les plus courants (incidence : probabilité d’avoir la maladie, mortalité : probabilité de mourir de la maladie et survie) qui de ce fait sont souvent réducteurs. C’est dans ce cadre à partir d’observation faites en France et dans différent pays d’Europe que nous allons tenter de décrire et d’expliquer les différences que l’on peut observer entre hommes et femmes en terme de risque d’avoir un cancer (et quel type de cancer), d’accès aux soins, de façon d’être pris en charge, de survivre aux différents cancers ou d’en mourir.

 

Hélène MARTIN – « Contraindre le corps au bien-être. Rapports sociaux de sexe, d’âge et de classe véhiculés par le discours médical sur la chirurgie d’amélioration des organes génitaux »

A partir de la fin du 20e siècle, une chirurgie se présentant comme améliorant des organes génitaux se développe dans les pays occidentaux. Le discours des médecins qui pratiquent cette chirurgie et des sites web qui ont font la promotion la présentent comme une technologie libératrice, au sens où elle favoriserait l’épanouissement sexuel. Les normes de genre, d’âge, de classe ainsi que de validisme qui orientent ce discours feront l’objet de la présentation.

 

Anita MEIDANI – « Quand le cancer rencontre le genre »

Cette communication revient sur le volet français et qualitatif d’une recherche européenne de méthodologie mixte portant sur les expériences genrées du cancer. À travers 120 entretiens auprès de malades, leurs proches et les professionnels impliqués dans leur prise en charge et 400 observations in situ réalisées dans cinq établissements de soins, il explore la manière dont le genre intervient dans les trajectoires de santé des personnes atteintes de cancer. L’analyse se déploie en trois temps. Dans une première partie, la reproduction des normes genrées à laquelle recourt une partie des patients est interrogée à partir d’un double paradoxe qui anime les trajectoires de la maladie cancéreuse : la « vulnérabilité » apparente des femmes se couple à une résistance sociale et relationnelle forte, là où l’endurance supposée des hommes laisse souvent place à des subjectivités affaiblies. Dans une seconde partie, les ajustements genrés que la maladie initie sont mis en perspective. Enfin, dans une troisième partie, l’ordre interactionnel est scruté à partir de ce double parcours de genre et de santé, qui oscille entre reproduction normative et ajustements genrés situés, afin de distinguer ce qui, en termes de masculinités et de féminités plurielles contribue à la mise en place des stratégies plus ou moins efficaces visant à tenir tête à la maladie.

 

Geneviève RAIL – « « Queerir » le cancer :Subjectivités, savoirs, soins du cancer et justice sociale »

Notre projet a pour but d’analyser les relations complexes entre la sexualité, les expériences liées au cancer, ainsi que le développement et la mobilisation de connaissances « culturellement » appropriées. Nous présentons les résultats de notre analyse d’entrevues réalisées au Canada auprès de personnes « queers », lesbiennes, bisexuelles, ou trans qui ont reçu un diagnostic et un traitement pour un cancer du sein ou gynécologique. Nos résultats sont à l’effet que les « champs » de connaissance liés à ces types de cancer sont infléchis par des discours dominants sur la biomédecine, le risque, le néolibéralisme et les rhétoriques stéréotypées de la « santé des femmes » et de la « santé des lesbiennes ». Au lieu d’histoires orientées vers la « guérison » du cancer, les récits de nos participant.e.s constituent plutôt des pratiques narratives qui permettent la « queerison » du cancer. De tels récits troublent les normes (médicales, de sexe, de genre, de sexualité, d’expériences du cancer) et témoignent de la subjectivité des participant.e.s. Ils laissent également transparaître la question cruciale des inégalités sociales de santé et, en particulier, les effets délétères de l’auto-effacement ou de la non considération de l’expression du genre ou de la sexualité, de l’hétéronormativité et de la cisnormativité des soins, de la sous-estimation de l’impact des traitements sur l’identité de genre, du déni de certains soins aux patients trans ou dont le genre est non conventionnel et enfin du manque de savoir ou de soutien culturellement compétent. Plusieurs participant.e.s ont également pris part à des ateliers de production de capsules vidéo en lien avec leurs expériences. Ces ateliers ont constitué des occasions collectives de créativité, d’échange et d’écriture de nouvelles connaissances dans les marges du cancer.

 

Muriel SALLE – « Histoire du cancer et santé des femmes. Perspectives historiographiques »

La présente conférence se propose d’interroger la santé des femmes comme objet d’histoire, et les apports que cela constitue, tant du point de vue des questions de santé que pour la discipline historique, en centrant le propos sur la question du cancer. La réflexion consistera alors à interroger l’objet « cancer » avec le regard de l’historienne : qu’a-t-on écrit sur la question (bilan historiographique) ? En quoi est-ce un objet historique différent (ou pas) et quelles perspectives sur la santé des femmes ? Quels sont les tenants et les aboutissants d’une réflexion sur cette pathologie particulière peut-elle ouvrir ?

 

Didier TORNY – « Un octobre si rose. Cultures d’action dans la sensibilisation au dépistage du cancer du sein »

Depuis 20 ans, les mouvements sociaux de lutte contre le cancer du sein, dans leur diversité, ont été l’objet de l’attention des sciences sociales, que ce soit par une littérature féministe, de sociologie des sciences, de sociologie politique ou de sociologie des émotions. Mais la très grande majorité de ces études s’appuient sur le terrain états-unien, caractérisé par un niveau de mobilisation militante très élevé et des objectifs d’accès à la mammographie et à sa prise en charge financière singuliers. Peut-on  alors appliquer les résultats de ces recherches à un contexte français fort différent ?

Cette communication présentera une première analyse des mobilisations françaises autour d’Octobre rose, importation du mouvement états-unien du Breast Cancer Awareness Month,  qui cadrent le problème public « cancer du sein » sous l’angle de la détection précoce et de son traitement associé. Elle discutera leur présentation publique et leurs critiques récentes, notamment sous l’angle d’une sociologie du genre. Elle se situe dans le cadre d’une recherche plus large sur la mise en débat de la politique publique de dépistage, financée par l’INCA (voir http://mammodebat.hypotheses.org).

Conférenciers & Communicants

Conférencier.es : 

  • Caroline ALLEAUME – Doctorante en sociologie
  • Catherine AMALRIC – CH Aurillac
  • Philippe BATAILLE – Sociologue, Directeur d’Etudes EHESS, CADIS
  • Brigitte ESTEVE-BELLEBEAU – Philosophe, Académie de Poitiers
  • Eric FONDRINIER – Oncologue-Chirurgien CH Aurillac
  • Pascale GROSCLAUDE – Epidémiologiste, INSERM UMR1027
  • Rosine GUIMBAUD – PH, Oncologue digestif et oncogénéticien
  • Nicolas MADRANGES – Oncologue, Institut Bergonie Bordeaux 
  • Hélène MARTIN – PU EESP, Suisse, Lausanne
  • Anita MEIDANI – Sociologue, MCF, UT2J, LISST-CERS
  • Patrick PERETTI-WATEL – Sociologue, Directeur de Recherches
    INSERM, UMR 912 SESSTIM
  • Geneviève RAIL – PU Universite Concordia, Montréal
  • Antoine RUFFIE – Médecin, Directeur Adjoint du Pavillon de la Mutualité Médecin, DIM des Cliniques Mutualistes de Pessac et Lesparre
  • Muriel SALLE – Historienne, MCF, Lyon 1
  • Paul SARGOS – Oncologue-Radiothérapeute Institut Bergonie
    Bordeaux
  • Didier TORNY – Sociologue, Directeur de CNRS 
  • Σωτηριοs ΛΙΑΚΟΣ – Urologue, Livadeia, Grèce

 

Communicant.es :

  • Arnaud ALESSANDRIN – Sociologue, Post Doctorant, Universite de Bordeaux
  • Norbert AMSELLEM – Sociologue & Philosophe, Chercheur associé au Cermes3 CNRS/INSERM/EHESS
  • Louis BRAVERMAN – Doctorant en sociologie
  • Abdoul Karim DOUMBIA – Anthropologue, PU adjoint d’Anthropologie à l’ISFRA, Mali
  • Cinzia GRECO – Newton International Fellow History, University of Manchester
  • Adeline MONET – Doctorante en Santé Publique Aix Marseille Univ, INSERM, IRD, UMR912 SESSTIM
  • Isabelle SENTIS – Doctorante en sociologie
  • Caroline TISON – Doctorante en sociologie, UT2J

 

Llamada a Communicacion

El Foro Internacional Interdisciplinario y el apoyo de Inca, marcan la aparición de un tema fundamental para el estudio sobre el Cáncer, que se encuentra en la intersección de las desigualdades sociales en la salud y las relaciones de género.

Llevado a cabo como parte de un trabajo interdisciplinario que involucra sociólogos, antropólogos, geógrafos, psicólogos, médicos, epidemiólogos, historiadores y filósofos, estas Jornadas tienen como objetivo desarrollar y enriquecer la reflexión sobre las experiencias de cáncer. Están dirigidas tanto a los investigadores en humanidades, ciencias sociales y médicos, actores asociativos, profesionales e instituciones que trabajan en el campo de la oncología, así como el propio paciente.

 

Cuatro ejes fueron seleccionados para estas reuniones:

1er Eje – Cáncer, Género, Salud y Sociedad
2eAxe – Experimentos de género y cáncer
3eAxe – Cáncer, Género y desigualdad: cuestiones metodológicas y disciplinarias.
 

En 2015, el número de nuevos casos de cáncer en Francia se estima en 385.000 de los cuales 211.000 seres humanos (Inca, 2015), mientras que el cáncer sigue siendo la principal causa de muerte con 149.500 muertes registradas cada año, incluyendo más 80,000 son para hombres A pesar de estas disparidades de género, los estudios que exploran el papel del género en la construcción social de la enfermedad son raras en Francia.

Sobre la base de estos hallazgos, éstos lo penal Interdisciplinario e Internacional tienen la intención de cuestionar la experiencia de la enfermedad del cáncer desde su dimensión de género al tiempo que cuestiona el papel que el género ocupa en las políticas de salud pública, las trayectorias las rutas de atención médica, las rutas de atención y el cuidador / cuidado. Más concretamente, se está explorando el valor heurístico de un análisis de género de la experiencia con el cáncer, teniendo en cuenta el tipo, no como una variable auxiliar, pero el centro de la enfermedad y, en general, el informe que las personas mantienen con su cuerpo, su salud y el sistema de cuidado.

¿Qué se puede decir acerca de las correlaciones entre cáncer, salud y género? ¿Qué nos dirá el proceso generización, priorización y el género división que opera en el campo de la salud en general y enfermedades de cáncer en particular? ¿Cuál es el valor agregado de un enfoque de género cuando surge el cáncer en el camino de una vida? Cómo especie, que se encuentra en la intersección de las categorías de clase, sociales, culturales y étnicas, la edad, el territorio …, que determina las desigualdades sociales en la salud y en el momento, está condicionada por ellos?

Lo específico a lo general, el cáncer de la salud, las desigualdades sociales de género, este evento científico cierre de una encuesta europea sobre este tema – financiado por el Inca y dirigida por Anastasia Meidani – y alienta a los investigadores, profesionales, instituciones y asociaciones contribuir al desarrollo de una reflexión interdisciplinaria, al tiempo de dar la palabra a los pacientes.

Para comprender los problemas sociales que subyacen a esta forma de pensar, las propuestas de comunicación serán parte de uno o más de los siguientes temas (nota que el 3er eje, titulado « El cáncer, Género y desigualdad: cuestiones metodológicas y multidisciplinar « , Al ser transversal, corta todos los ejes que se presentan a continuación).

Eje 1er / 3er Transversal – Cáncer, Género, Salud y Sociedad

Las formas en que una sociedad define el género y la enfermedad, dicta las normas que enmarcan las « carreras » de género y las de los pacientes o incluso ordena las secuencias de estas carreras, no han dejado de evolucionar en las últimas décadas, bajo el el efecto combinado de los desafíos feministas y homosexuales, los avances médicos y las reformas del sistema de salud. El resultado es una desestabilización de los comportamientos de género asociados con la enfermedad. ¿Significa esto que las carreras de género se ven a sí mismas, si no más flexibles al menos más dispares, lo que influye en las carreras de los pacientes? ¿Podemos hablar de una desestandarización de carreras de este tipo y / o pacientes? Por otro lado, a medida que los incentivos para el empoderamiento se multiplican y el singular simposio da paso al principio de las decisiones compartidas, ¿podemos afirmar que las capacidades de los pacientes se han consolidado como actores / actrices de su enfermedad? ¿Cómo se relacionan estas habilidades con el género? Estas preguntas hacen un llamado a otros que hacen la distinción, institucional y práctica, entre cuidado y cuidado, también influenciados por cuestiones de género (Gilligan, 2008, Laugier, Paperman, Molinier, 2009, Tronto, 2009, Russel, Hoschild, 2012). ).

Obviamente, las experiencias de la enfermedad crónica no son asexuales; del mismo modo que no son ahistóricos. Por lo tanto, no se trata solo de restaurar el espesor histórico de la construcción social de la enfermedad en sus aspectos de género, sino también de dar cuenta de las políticas públicas y los dispositivos de cuidado mediante el examen de los aspectos estructurales de las desigualdades ( sexuales y otros) que operan dentro del manejo del cáncer en medicina especializada, hospital y general. ¿Hay alguna « especificidad de género » que guíe las modalidades de la atención? ¿Podemos hablar sobre la discriminación (positiva o negativa) de ciertos pacientes según el género y / o ciertos tipos de cáncer? ¿Cómo se relaciona esta noción con la construcción social de la noción de « poblaciones en riesgo »?

La fundación también incluirá mensajes de prevención y detección que también parecen fuertemente relacionados con el género (Meidani, 2005). Uno también se preguntará: ¿cuál es la profundidad política de estos dispositivos del cuidado y qué lugar ocupa el tipo en su elaboración? ¿Cómo contribuye la experiencia, por ejemplo, al desarrollo de las modalidades de institucionalización de las trayectorias de los pacientes en sus componentes de género? ¿Qué son estos discursos « expertos » y las prácticas profesionales que los sustentan? ¿En qué sistemas normativos y qué representaciones sociales, especialmente las de género, dependen? ¿Qué pasa con la apropiación mediática de estos discursos de « experiencia »? Aquí se trata de considerar los espacios de cuidado -políticos, institucionales, hospitalarios- como escenas sujetas a las relaciones asimétricas entre hombres y mujeres, que Godelier (1982) califica como la « casa de los hombres ».

 

2 ° Eje / 3er Eje Transversal – Experimentos de Género y Cáncer

La cuestión del género no se puede reducir a una mera dualidad, lo que significa que la definición de género no es homogénea ni inflexible (Butler 2005, De Lauretis 2007). Por ejemplo, una gran cantidad de investigación, principalmente anglófona, ha resaltado los vínculos específicos entre homosexuales (Léobon, 2003, Girard, 2012), lesbianas y trans (Namaste, 2001, Alessandrin, 2012), y más en general, su salud (Levy 2011, Beck 2011). Pero una vez más, el impacto de la identidad de género raramente se ha estudiado en relación con el cáncer, especialmente en el contexto francés (Meidani, Alessandrin, 2017). Al mismo tiempo, la primera investigación internacional (Boehmer, 2011) destaca las brechas en la prevención de LGBTI (Lesbianas, Gays, Bi, Trans, Intersex), así como las variaciones en la prevalencia de varios cánceres en estas poblaciones, en comparación con las poblaciones heterosexuales. En este nivel, muchas preguntas siguen sin respuesta.

Comprender la forma en que los pacientes componen su riesgo de cáncer, negociar las categorías de género relacionadas después de la aparición de la enfermedad y la identidad del paciente es equivalente a explorar las estrategias de ajuste que se movilizan para « vivir con » el cáncer. ¿Cómo interviene el género en este proceso: frente a los riesgos de exposición a la enfermedad cancerosa, a lo largo de la trayectoria de la enfermedad o en las interacciones cuidado / cuidado (Meidani, 2017; 2014). Aquí se trata de explorar cómo las masculinidades y la feminidad entran en juego en la percepción del riesgo frente al cáncer sospechado o diagnosticado. ¿Proporcionan una relación diferencial con el riesgo y la atención? En este punto, las propuestas de comunicación centradas en la percepción de los riesgos, tanto por parte de los profesionales como del lado del paciente, aprehendidas a veces como « sufridas » a veces como « elegidas », serán particularmente apreciadas, así como también riesgos ocupacionales y los cánceres resultantes. Lo mismo es cierto para los cánceres infantiles que cuestionan la dinámica desigual.

Permítanos agregar que el cáncer es experimentado por los pacientes a veces como una continuidad a veces como una ruptura (especialmente en el contexto del anuncio del diagnóstico de cáncer). ¿Cómo difieren estas percepciones de un punto de vista de género? ¿En qué medida la llegada de la enfermedad es un punto de inflexión en el camino de la vida y cómo lo afrontan hombres y mujeres? ¿Qué lógicas de la subjetividad de género podemos destacar de estas vías de atención? ¿Cómo se transfieren estas lógicas (preventivas, curativas, paliativas) a prácticas individuales y cruzan otros factores de desigualdad?

En este contexto, se prestará especial atención a las designaciones sociales de la identidad del paciente, elaboradas por las personas con cáncer, los profesionales involucrados en su cuidado, sus familiares, pero también otros pacientes. presente en colectivos asociativos. Esta actividad de elaboración de lo vivido resuena una tendencia a la biografía, o si se prefiere a la singularización, de la experiencia de la enfermedad, ya subrayada por las obras sociológicas relacionadas con los cursos de la vida.

 

Eje 3er / Tercer Eje Transversal – Cáncer, Género y Desigualdades: Desafíos metodológicos y multidisciplinarios

A través de campos recientes, deseamos en este último eje, cuestionar los escollos metodológicos encontrados en el análisis de la pareja de « género » y « cáncer », así como las soluciones previstas por los investigadores para resolverlos. Las nociones de « multidisciplinariedad » e « interseccionalidad » también se movilizarán tanto en sus dimensiones pragmáticas como teóricas.

ENVIAR UNA COMUNICACIÓN

 

Presentación:

Para esta conferencia, se esperan propuestas de comunicación y carteles. Que imperativamente deben enviarse tarde del 20 septiembre, 2017 (inclusive) a las siguientes direcciones de correo electrónico: ameidani@univ-tlse2.fr y arnaud.alessandrin@gmail.com

Para propuestas de comunicación: máximo de una página, con título, nombres del comulgante.e.s, afiliación universitaria. Serán acompañados (en anexos) con una biografía de las 10 líneas y una bibliografía indicativa. Los nombres de las carpetas (en formato .doc) deberían aparecer de la siguiente manera: name.first name.axisN ° X
Para propuestas de pósters: máximo de 10 líneas que abordan el tema del póster, nombre del expositor (es), afiliaciones académicas. Estarán acompañados (en anexos) por la breve biografía y bibliografía. Los nombres de las carpetas (en formato .doc) deberían aparecer de la siguiente manera: name.first name.axisN ° X.poster
Calendario:

Convocatoria de trabajos: hasta el 20 de septiembre de 2017

Notificación a los autores: 30 de septiembre de 2017

 

Registro :

La inscripción para la conferencia será del 15 de octubre de 2017. Para inscribirse, gracias a enviar su nombre completo y el estado en: ameidani@univ-tlse2.fr y arnaud.alessandrin@gmail.com

 

 

Webmaster: caroline.s.tison@gmail.com

 

 

A. MEIDANI: Director Científico de Assises

UTM_LISST-CERS (UMR 5193 CNRS) e INSERM UMR 1027

Para el Comité Organizador

Call for Papers

These International and Interdisciplinary Assises, supported by the INCa, mark the emergence of an essential theme for studies on Cancer, located at the crossroads of social inequalities in health and gender relations.

Conducted as part of an interdisciplinary work involving sociologists, anthropologists, geographers, psychologists, doctors, epidemiologists, historians, and philosophers, these Conferences aim to develop and enrich the reflection on the experiences of cancer. They are aimed at both researchers in the humanities, social and medical sciences, associative actors, professionals and institutions practicing in the field of oncology as well as the patients themselves.

 

Four axes were selected for these meetings:

1st Axis – Cancer, gender, health and society
2nd Axis – Gender and Cancer Experiments
3rd Axis – Cancer, gender & inequalities: methodological and multidisciplinary issues.
 

In 2015, the number of new cases of cancer in metropolitan France is estimated at 385,000, including 211,000 in men (INCa, 2015), while cancer remains the leading cause of mortality with 149,500 deaths annually, including more 80,000 are for men. Despite these gender disparities, studies that explore the place of gender in the social construction of the disease are rare in France.

On the basis of these findings, the present Interdisciplinary & International Assises propose to question the experience of the cancerous disease starting from its gendered dimension while questioning the place that the gender occupies within the policies of public health, the trajectories of health, care routes and caregiver / care interactions. More concretely, it is a question of exploring the heuristic value of a gendered analysis of the cancer experiment, considering the genus, not as an auxiliary but central variable of the disease and, more generally, of the relationship that the individuals maintain with their body, their health and the care system.

What can be said about the correlations between cancer, health and gender? What do they tell us about the process of sexuation, hierarchy and gender division that operates in the field of health in general, and cancerous diseases in particular? What is the added value of a gender approach when cancer emerges in the path of a life? How does gender, situated at the intersection of socio-cultural and ethnic affiliations, categories of class, age, territory …, condition social inequalities in health and at the same time is conditioned by them?

The specific to the general, the health Cancer, gender social inequalities, this scientific event closing a European survey on this subject – funded by INCa and directed by Anastasia Meidani – and encourages researchers, professionals, institutions and associations to contribute to the development of an interdisciplinary reflection, while giving the floor to the patients.

To grasp the social issues underlying this thinking, communication proposals will be part of one or more of the following themes (note that the 3rd axis, entitled « Cancer, Gender & inequality: methodological issues and multidisciplinary « , Being transversal, it cuts across all the axes presented below).

1st Axis / 3rd Transversal Axis – Cancer, Gender, Health and Society

The ways in which a society defines gender and disease, dictates the norms that frame the « careers » of gender and those of patients or even orders the sequences of these careers, have not ceased to evolve in recent decades, under the the combined effect of feminist and homosexual challenges, medical advances and health system reforms. The result is a destabilization of the gendered behaviors associated with the disease. Does this mean that the gendered careers see themselves, if not more flexible at least more disparate, thus influencing the careers of patients? Can we talk about a de-standardization of careers of the kind and / or patients? On the other hand, as the incentives for empowerment multiply and the singular symposium gives way to the principle of shared decisions, can we claim the consolidation of patient capacities to be actors / actresses of their disease? How do these abilities relate to gender? These questions call for others who pose the distinction, institutional and practice, treatment and care, as empreignée gender (Gilligan, 2008; Laugier, Paperman, Molinier, 2009; Tronto, 2009; Russell, Hoschild, 2012 ).

Obviously the experiences of chronic disease are not asexual; just as they are not ahistorical. Therefore, it is not only a question of restoring the historical thickness of the social construction of the disease in its gendered aspects, but also of giving an account of the public policies and the devices of care by examining the structural aspects of the inequalities ( sexual and other) who operate within the management of cancers in specialized medicine, hospital and general. Are there any « gender specificities » that would guide the modalities of care? Can we talk about discrimination (positive or negative) of certain patients according to gender and / or certain types of cancer? How does this notion relate to the social construction of the notion of « at-risk populations »?

The foundation will also include prevention and screening messages that also seem strongly gendered (Meidani, 2005). One will also wonder: what is the political depth of these devices of the care and which place occupies the kind in their elaboration? How does expertise, for example, contribute to the development of the institutionalization modalities of patients’ trajectories in its gendered components? What are these « expert » discourses and the professional practices that underlie them? On which normative systems and which social representations, especially gendered ones, do they rely? What about the media appropriation of these « expertise » discourses? It is a question here of considering the spaces of care – political, institutional, hospitable – like scenes subjected to the asymmetrical relations between men and women, which Godelier (1982) qualifies like the « house of the men ».

 

2nd Axis / 3rd Transverse Axis – Gender and Cancer Experiments

The question of gender can not be reduced to a mere duality, which means that the definition of gender is neither homogeneous nor inflexible (Butler 2005, De Lauretis 2007). For example, a great deal of research, mostly Anglophone, has highlighted the specific links between gays (Léobon, 2003, Girard, 2012), lesbians and trans (Namaste, 2001, Alessandrin, 2012), and more generally, their health (Levy 2011, Beck 2011). But again, the impact of gender identity has only rarely been studied in relation to cancer, especially in the French context (Meidani, Alessandrin, 2017). At the same time, the first international research (Boehmer, 2011) highlights the gaps in prevention for LGBTI (Lesbian, Gay, Bi, Trans, Intersex), as well as variations in the prevalence of various cancers in these populations, compared to heterosexual populations. At this level many questions remain unanswered.

Understanding the way in which patients compose their cancer risk, negotiate the related gender categories following the onset of the disease, and appropriate the identity of the patient, is tantamount to exploring the adjustment strategies they they mobilize to « live with » cancer. How does gender intervene in this process: in the face of the risks of exposure to the cancerous disease, along the trajectory of the disease, or in caregiving / care interactions (Meidani, 2017; 2014). Here it is about exploring how masculinities and femininity come into play in the perception of risk in the face of suspected or diagnosed cancer. Do they provide a differential relationship to risk and care? On this point, proposals for communication focused on the perception of risks, both on the part of the professionals and on the side of the patient, apprehended sometimes as « suffered » sometimes as « chosen », will be particularly appreciated, as well as occupational risks and the resulting cancers. The same is true for childhood cancers that question unequal dynamics.

Let us add that cancer is experienced by patients sometimes as a continuity sometimes as a rupture (especially in the context of the announcement of the diagnosis of cancer). How do these perceptions differ from a gendered point of view? To what extent is the arrival of the disease a turning point in a life’s journey and how do men and women deal with it? What logics of gendered subjectivity can we highlight from these care pathways? How do these logics – preventive, curative, palliative – transfer themselves into individual practices and cross other factors of inequality?

In this context, particular attention will be paid to the social designations of the patient’s identity, elaborated by the people with cancer themselves, the professionals involved in their care, their relatives, but also other patients. present in associative collectives. This activity of elaboration of the lived resonates of a tendency to the biographisation, or if one prefers to the singularization, of the experience of the disease, already underlined by the sociological works relating to the life courses.

 

3rd Axis / 3rd Transversal Axis – Cancer, Gender & Inequalities: Methodological and Multidisciplinary Challenges

Through recent fields, we wish in this last axis, to question the methodological pitfalls encountered in the analysis of the « gender » and « cancer » couple, as well as the solutions envisaged by researchers to solve them. The notions of « multidisciplinarity » and « intersectionality » will then also be mobilized both in their pragmatic and theoretical dimensions.

 

SUBMIT A COMMUNICATION

 

Submission:

For this conference, proposals for communication and posters are expected. They must imperatively be sent before 20 September 2017 (included) to the following email addresses: ameidani@univ-tlse2.fr & arnaud.alessandrin@gmail.com

For communication proposals: maximum one page, with title, names of the communicant.e.s, university affiliation. They will be accompanied (in annexes) with a biography of the 10 lines and an indicative bibliography. The names of the folders (in .doc format) should appear as follows: name.first name.axisN ° X
For poster proposals: maximum 10 lines addressing the subject of the poster, name of the exhibitor (s), academic affiliations. They will be accompanied (in annexes) by the short biography and bibliography. The names of the folders (in .doc format) should appear as follows: name.first name.axisN ° X.poster
Calendar :

Call for papers: until 20 September 2017

Notification to authors: September 30, 2017

 

Registration:

The registration to the conference will take place from October 15, 2017. To register, thank you to send your names, first names and status to the following addresses: ameidani@univ-tlse2.fr & arnaud.alessandrin@gmail.com

 

 

Webmaster: caroline.s.tison@gmail.com

 

 

A. MEIDANI: Scientific Officer of the Symposium

UTM_ LISST-CERS (UMR 5193 CNRS) & INSERM UMR 1027

For the Organizing Committee